Le Tikipédia de Tagaloa Tiki Tattoo



Articles sur la culture polynésienne des Îles Marquises au travers du PATUTIKI (tatouage Marquisien).



>> Retour à Tikipédia


Hetu
astres



Compositions des motifs de tatouage pour donner naissance aux images des astres



Nous pouvons remarquer d'autres noms de motifs de tatouage ayant comme préfixe ipu, comme les ipu ‘ani (SE) ou ipu 'aki (NO) (fig.7 et 8) et, d'autres symboles ont les mêmes caractéristiques graphiques comme le ina ‘oa (SE) ou ika 'oa (NO) (fig.9). Ces motifs sont le résultat d'une transformation du motif ipu jusqu'à avoir l'expression d'un visage « souriant ».
Que s'est-il passé entre le simple l'image de ipu en fig.4 et ceux des fig.7,8 et 9 ?
C'est la question à laquelle nous tenterons de répondre.


Observons la fig.10, de la gauche vers la droite (a - d). Ces différentes figures représentent des 'enana (NO) ou ‘enata (SE) (êtres humains) ou des 'etua (divinités, génies ou esprits …). Ce qui est important de savoir, c'est qu'aux Îles Marquises, certaines personnalités importantes, tels que les tau'a (les prêtres) et les haka'iki (les chefs) pouvaient être divinisés de leur vivant. La plupart des divinités, dans la mythologie marquisienne, avaient le même aspect physique que les Hommes. C'est ainsi que les images anthropomorphes pouvaient représenter réciproquement l'humain et le divin.
Notons l'image du ou des 'etua associée à un ipu (fig.10. e - f), nous pouvons observer la singularité de cette disposition. Dans le tatouage marquisien ces motifs anthropomorphes sont souvent associés à un ipu, soit tout en haut de ce dernier ou tout simplement à l'intérieur comme la fig.10.g. Une autre remarque importante, les mains de certains 'etua sont en forme de mata (yeux ou regards) fig .10, c-d et g. En effet, Karl Von den Steinen évoque souvent l'évolution des motifs 'enana ou 'etua vers les motifs de mata hoata qui représentent, eux mêmes, des divinités: des 'etua. La transformation des mains est assez surprenante. En observant les images ci-dessous fig.11, nous pouvons constater une mutation extraordinaire du premier motif en a, vers le second en b.



Si de telles métamorphoses sont réalisables, il est très plausible que les ipu 'aki aient subit le même type de traitement par les Tuhuka (maîtres, expert...).



Voici une proposition de transformation de motif par étape (fig.12) concevable pour ma part en conjuguant l''etua au ipu.
Figure 12 :
Étape a-b : l'enana (l'homme) devient 'etua (divin);
Étape c : ipu est l'univers dans lequel vit les 'enana;
Étape d : après leur passage à havaiki (royaume des défunts), l'esprit de ce 'etua important se trouve positionné tout en haut de ce monde 'aki (ciel);
Étape e : l' 'etua est incrusté dans le ipu;
Étape f : le personnage du 'etua est ici élargi et les deux strates intérieures disparaissent;
Étape g-h : les mains du 'etua s'agrandissent puis se joignent et font disparaître la tête de ce dernier.
Ainsi nous voyons la formation d'un visage "souriant" souvent appelé ipu 'aki, ika 'oa etc...Représentation de la voute céleste ou la voie lactée en grand poisson...
Dans une discussion personnelle avec Marie-Noëlle Ottino-Garanger, nous avions évoqué à plusieurs reprises ces étoiles. Elle me précisait que Karl Von den Steinen parlait dans un article des étoiles représentent des regards qui se promènent dans le ciel : des regards d''etua... Louis Cruchet m'informait également que l'amas ouvert "Les Pléiades" se dit Matari'i en tahitien. Aux îles Marquises nous trouvons le nom de Mata'iki qui désigne également les Pléiades, ce nom est très proche de celui que donne les tahitiens, et il veut littéralement dire "petits yeux" ou "petits regards". J'ai pu relever cette information dans le récit de Max Radiguet (1842-1859) p97 ou ce dernier le nomme "Mota iti" mais l'orthographe serait "Mata iti " pour désigner le même groupe d'étoiles.
Teuira Henry précise (Henry, 1968, p.432) également qu'une légende tahitienne raconte que Vénus (Ta'urua nui) et Mercure (Ta'ero) seraient les deux yeux du dieu du ciel, Atea. En effet cette information, m’a également été transmise par Hélène Guiot (Ethno-archéologue). On peut se poser la question de savoir à titre d'hypothèse, si les deux motifs ci-dessous (fig.13) ne correspondraient pas au regard d'Atea.





Espace privé | Mentions-légales | Conditions Générales de Services | conception : Tiki Tattoo | Affilié à la S.N.A.T et à Tatouage & Partage