Le Tikipédia de Tagaloa Tiki Tattoo



Articles sur la culture polynésienne des Îles Marquises au travers du PATUTIKI (tatouage Marquisien).



>> Retour à Tikipédia


Ipu
sphère



Univers Polynésien retranscrit en tatouage aux Îles Marquises

Sur toutes les îles réparties du moana nui (« grand océan »), les habitants qui peuplaient le triangle polynésien, avaient une croyance plus ou moins commune quand à la forme de l'univers dans lequel ils vivaient. Les témoignages recueillis démontrent unanimement l'apparence d'un contenant sphérique structuré en plusieurs plateformes. Suivant la croyance locale et la cosmogonie propre à chaque archipel ou à chaque île, ces plateformes variaient en nombre. Aux îles Marquises l'évêque René Ildefonse Dordillon donne un indice dans son dictionnaire, publié par l'Institut d'Ethnologie en 1931 à Paris, dans la page 81. Ce dernier écrit une phrase qui compare le monde marquisien à une coquille de coco, pour définir la fonction euphonique ou explétif de la lettre A : « A, Me he ipu - 'ehi te nui 'ia 'o to 'otou henua, votre pays n'est pas plus grand qu'un ipu de coco ».

Cette phrase en marquisien peut être également traduite en français comme suite : « Votre monde (ou univers) est aussi grand qu'une « coquille » de coco ». Le mot ipu signifie coquille, sphère, contenant, calebasse etc... Toute forme sphérique peut être traduite par le mot ipu en marquisien. Cet indice est intéressant à rapprocher avec la description imaginaire dans les autres archipels de la Polynésie. En effet, la représentation de l'univers comme la coquille de coco au Tuamotu sur l'atoll de Anaa, d'après une composition dessinée sur le sable du tuhunga (homme sage) Paiore et relevé par un proche parent de ce dernier en 1869(fig.1) exprime cette forme sphérique que nous retrouvons également à Mangaia dans les îles Cooks au XIXe siècle (fig.3) par WW. GILL. Puis en 1933 une autre illustration provenant de Ana'a également, décrite par J.F Stimson du Bernice P.Bishop Museum dans le Bulletin 103 p.63, vient renforcer l'idée de l'univers en forme de coquille, mais cette fois-ci d'un oeuf (fig2). Nous pouvons traduire en marquisien la coquille de coco par ipu 'ehi et la coquille de l'oeuf ipu mama'i.



Dans le "chant de la création des Tuamotu" présenté par Teuira Henry et publié en 1928 les Polynésiens, aux temps anciens, imaginaient leur univers comme un oeuf qui contenait te tumu (la fondation) et te papa (roc stratifié). Il finit par se percer et donna naissance à trois plateformes superposées, celle du bas supportant les deux autres. L'image du ipu dans le tatouage marquisien (fig.4), schématise très bien l'image de ces trois plateformes étagées. Ces différents éléments démontrent une analogie assez voisine entre la vision du monde environnante de ces peuples de l'Océan Pacifique.




Ainsi aux Iles Marquises, les 'Enana nord-ouest (NO) de l’archipel ou 'Enata au sud-est (SE) se tatouaient très couramment les ipu représentant leur univers sous les aisselles, la face interne du bras et de l'avant bras (fig. 5 et 6), dans la forme la plus sobre, c'est à dire : trois plateformes (fig.4), comme dans le « chant de la création des Tuamotu » présenté par Teuira Henry.



Espace privé | Mentions-légales | Conditions Générales de Services | conception : Tiki Tattoo | Affilié à la S.N.A.T et à Tatouage & Partage